IRAK : Le Patriarche chaldéen de Bagdad lance un cri et un appel à l'Occident

Publié le par Patrice Sabater

Dans une lettre adressée au Pape François et aux conférences épiscopales du monde entier, Mgr Louis Raphaël Sako place la communauté internationale devant ses responsabilités.

C’est un ultime cri du cœur lancé depuis Bagdad. Dans une lettre adressée au Pape François, aux Patriarches d’Orient et aux Présidents des conférences épiscopales du monde entier, le Patriarche de Babylone des Chaldéens, Mgr Louis Raphaël Sako, appelle la communauté internationale à une « prise de conscience » et à des « actions concrètes » en faveur des chrétiens d’Irak, dont la « survie même » est aujourd’hui menacée.

Alors que le pays fait face à l’avancée des djihadistes ultra-violents de l’État islamique (EIL), qui ont pris la ville de Sinjar dimanche 3 août et sèment la terreur dans la plaine de Ninive, le chef de l’Église chaldéenne dénonce l’égoïsme des superpuissances qui ont à ses yeux une « responsabilité humaine et morale ».

La solution se trouve « uniquement entre les mains de la communauté internationale, à commencer par les superpuissances, martèle le Patriarche des Chaldéens. Nous nous adressons vivement à leurs consciences, afin qu’elles révisent leurs positions et réévaluent l’impact de la situation actuelle. »

« UNE PROTECTION VÉRIDIQUE EFFICACE ET PERMANENTE »

Les chrétiens, mais aussi les autres minorités religieuses, chiites et yézidis, sont systématiquement chassés des terres conquises par les djihadistes, en particulier depuis la prise de Mossoul (deuxième ville d’Irak) en juin. Contraints d’abandonner sur place tous leurs biens, ils errent à pied dans la plaine de Ninive et tentent de rejoindre les villes tenues par les Kurdes pour bénéficier de leur protection.

« Les chrétiens d’Irak ont un besoin vital d’une aide humanitaire urgente ; ils ont besoin d’une protection véridique efficace et permanente, censée les rassurer, pour qu’il ne soit pas mis un terme à leur existence, alors que leurs origines sont profondément enracinées en Irak, poursuit Mgr Sako. Ceci concerne aussi les chrétiens dans les autres parties du Moyen-Orient, qui est également en train de s’enflammer et de se déchirer. »

PAS DE PRISE DE POSITION CLAIRE DE LA PART DES MUSULMANS

Sans mentionner explicitement les pays de la péninsule arabique, Mgr Sako affirme que les puissances internationales doivent « exercer leur pression de façon vigoureuse » sur ceux qui « soutiennent économiquement » l’EIL et apportent un soutien militaire aux djihadistes. Ces puissantes milices sunnites ont vraisemblablement été financées et armées par le Qatar et l’Arabie saoudite.

Mgr Sako s’indigne également du manque de prise de position claire de la part des musulmans et de leurs leaders face à l’avancée de l’EI, alors même que ce mouvement terroriste représente également « une menace pour les musulmans eux-mêmes ».

Quant aux différents responsables d’Église, le Patriarche des Chaldéens les exhorte à réagir, « quand bien même il serait trop tard, en exerçant la pression nécessaire sur la communauté internationale ainsi que sur ceux qui détiennent le pouvoir de décider, afin de faire cesser ces crimes scandaleux et ces destructions, qui touchent surtout des citoyens désarmés. »

Alors qu’une délégation de l’Eglise de France conduite par l’Archevêque de Lyon, Mgr Philippe Barbarin, s’est rendue fin juillet en Irak, le Patriarche de Chaldéens lance un nouvel appel aux chrétiens du monde entier. « Qu’ils soient vraiment solidaires de notre détresse en ce temps d’épouvantable épreuve. Qu’ils vivent avec nous ce sentiment solidaire de la même famille. Nous avons besoin de communion  de cœur et de prière avec nos fidèles dans cette grande épreuve ».

Source : APIC/La Croix – 7 août 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :