France - Proche-Orient: Un "jihadiste de retour du Liban" voulait frapper la France

Publié le par Patrice Sabater

"Plusieurs projets d'attentat" ont été déjoués en France ces deux dernières années, a annoncé vendredi le Premier Ministre Manuel Valls, confirmant officiellement des informations obtenues de sources de renseignement par la presse.

Son cabinet a immédiatement indiqué que la déclaration ne faisait pas référence à des projets inconnus du grand public et concernait les deux dernières années. Selon le cabinet de M. Valls, le Premier Ministre faisait référence à "quatre projets d'attentats qui ont effectivement été déoués". Ceux-ci concernent des actions fomentées par le groupe dit de "Cannes-Torcy-Sarcelles, le jihadiste du Canet, un jihadiste de retour du Liban, et deux jeunes femmes mineures qui voulaient frapper des cibles juives", selon un conseiller du Premier ministre.

"Ces derniers mois, 119 individus ont été interpellés, 81 ont été mis en examen et 56 ont été incarcérés. Des départs de combattants, y compris des mineurs, ont été empêchés et plusieurs projets d'attentats sur notre territoire ont été déjoués", a déclaré le chef du gouvernement lors d'un discours devant l'Institut des hautes études de défense nationale et l'Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice. "Nous faisons face à la fois à un ennemi intérieur et extérieur", a déclaré le Premier ministre. "Il ne s'agit pas de faire peur" mais que "nos concitoyens et nos élus soient pleinement conscients de cette menace", a-t-il ajouté.

Le gouvernement français a adopté en avril dernier un plan de prévention et de lutte contre les filières jihadistes qui s'appuie notamment sur l'écoute des familles de jeunes séduits par des organisations violentes et sur la coopération internationale. Fin septembre, au terme d'une série de ratés, trois Français soupçonnés d'être des jihadistes ont toutefois réussi à rentrer de Turquie à Marseille sans être inquiétés alors que le ministère de l'Intérieur avait auparavant annoncé leur interpellation.

Des centaines de jeunes Européens sont partis en Syrie et en Irak pour se battre aux côtés des groupes extrémistes, dont celui de l'Etat islamique (EI). Certains prennent ou comptent prendre le chemin du retour, et représentent une menace grave pour l'Europe.

Menace d'autant plus forte pour la France que le 22 septembre dernier, l'EI a appelé ses partisans à riposter aux frappes lancées par Paris et Washington dans le nord de l'Irak en s'en prenant à leurs ressortissants. "La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu'il soit Français, Américain ou d'un de leurs pays alliés", a déclaré le porte-parole du groupe, Abou Mohamed al Adnani, dans un message audio diffusé et repéré par le groupe de surveillance SITE. "Si vous ne pouvez pas trouver d'engin explosif ou de munition, alors isolez l'Américain infidèle, le Français infidèle, ou n'importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coup de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le", a-t-il poursuivi. La surveillance a alors été renforcée dans l'Hexagone.

Source: L'Orient le Jour - le 4 octobre 2014

Crédit photos: www.defense.gouv.fr et TF1

France - Proche-Orient: Un "jihadiste de retour du Liban" voulait frapper la France
France - Proche-Orient: Un "jihadiste de retour du Liban" voulait frapper la France
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :