IRAK : Mgr Mirkis, op. " Jamais une idéologie ne sera guérie par des bombes "

Publié le par Patrice Sabater

En déplacement à Marseille, l’Archevêque irakien a donné une conférence samedi sur la situation à Kirkouk. Mgr Yousif Thomas Mirkis appelle ses compatriotes à rester sur place, malgré le terrorisme.

Confronté aux attaques de l’État islamique, alias Daesh, le diocèse de Kirkouk et Souleymanieh (au Nord-Est de l’Irak) recueille des réfugiés depuis la mi-juin. L’évêque Mgr Yousif Thomas Mirkis, en déplacement à Marseille, interpelle les autorités françaises et la communauté assyro-chaldéenne locale. S’il plaide pour éviter l’exil de ses compatriotes, il invite les occidentaux à davantage s’impliquer dans la situation de son pays.

Quelle posture l’église adopte-t-elle face à la montée du fondamentalisme dans votre région ?

Nous avons reçu environ une centaine de personnes déplacées, venues de Mossoul et de la vallée de Ninive. Étant donné la situation, il a fallu nous adapter. Nous avions pourtant été secoués le 31 octobre 2010 lors des massacres de chrétiens qui s’étaient réfugiés dans l’église Notre-Dame de la Délivrance à Bagdad. C’était alors les prémices de Daesh en Irak… Aujourd’hui, ce ne sont pas seulement les chrétiens qui souffrent. Vu que nous n’avons pas de milices, nous souffrons moins que ceux qui sont impliqués militairement dans le conflit.

Quelle est, selon vous, la responsabilité de la communauté internationale dans l’escalade de la violence en Irak ?

L’expérience des deux guerres mondiales montre que les coalitions s’y sont prises très tard. Cela a coûté 50 millions de morts. Elle doit donc continuer à intervenir. Pour notre part, nous parons au plus urgent.

Quel appel adressez-vous aux autorités françaises ?

J’entends de nombreuses voix s’élever pour recevoir les chrétiens d’Orient ici. Je crois que ce n’est pas une bonne solution. Vous ne pouvez pas être le lieu d’accueil de tous ceux qui souffrent dans la planète. Nous avons 400 000 chrétiens en Irak, dont 130 000 déplacés. Et la France a donné 400 visas (…) Vous avez traversé des guerres de religions et vous avez compris que cela ne sert à rien. Faisons plutôt un partage d’expérience. Je ne veux pas créer des ghettos, des réserves comme aux États-Unis.

Vous suggérez à vos compatriotes de rester en Irak malgré les attaques terroristes ?

Certes, Daesh est à 15km de Kirkouk. Je peux craindre pour ma vie. Mais les 1 000 jeunes français qui sont venus combattre aux côtés de Daesh sont plus proches de vous que de moi ! Les vidéos montrant l’égorgement de personnes qui ont été diffusées sur YouTube ont fait le tour du monde. Il faut décrypter ces agissements. Évitons de diaboliser l’autre. C’est la route vers une 3e guerre mondiale. Jamais une idéologie ne sera guérie par des bombes. C’est comme la fièvre Ebola. On ne peut pas « simplement » tuer les malades. Il faut les soigner.

Source: Propos recueillis par Marjolaine Dihl - La Marseillaise

crédit photo: Mgr Mirkis (Photo LeSoir.be)

IRAK : Mgr Mirkis, op.  " Jamais une idéologie ne sera guérie par des bombes "
IRAK : Mgr Mirkis, op.  " Jamais une idéologie ne sera guérie par des bombes "
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :