SYRIE: Un patrimoine en danger, selon le CNRS...

Publié le par Patrice Sabater

Véritable tragédie humaine, la guerre civile qui sévit en Syrie depuis 2011 met en péril le patrimoine archéologique du pays. Des chercheurs se mobilisent pour que les connaissances acquises sur des sites exceptionnels comme celui du Massif calcaire puissent être préservées.

Aujourd’hui, les paysages rocailleux des campagnes dites du Massif calcaire, au Nord de la Syrie, à proximité de la frontière turque, constituent l’arrière-plan d’une actualité dramatique alors que des populations aux abois doivent les fuir ou, au contraire, y trouver refuge. Ce territoire plus ou moins dévoilé au gré des reportages recèle un patrimoine scientifique précieux qui, s’il a pu, début 2011, être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, compte désormais au nombre des dommages collatéraux d’un conflit destiné à durer : sa disparition s’accélère sous les pillages et les bombardements.

Des archives archéologiques exceptionnelles

Relativement peu connues au regard d’autres sites syriens, tels la ville d’Alep ou le Krak des chevaliers, les campagnes du Massif calcaire présentent la particularité de constituer un ensemble géographique et historique cohérent où l’on peut encore voir, dans un état de conservation souvent remarquable, des villages et des paysages qui ont été façonnés entre les IIe et VIe siècles de notre ère (...)

Gérard Charpentier et Catherine Duvette

suite de l'Article à voir sur: https://lejournal.cnrs.fr/billets/en-syrie-un-patrimoine-en-peril et sur http://www.mom.fr/valorisation-grand-public/on-en-parle/En-Syrie-un-patrimoine-en-p%C3%A9ril - Maison de l'Orient et de la Méditerranée - Jean Pouilloux/ Maison des Sciences de l'Homme - Université Lumière Lyon 2 - CNRS

Avec l'autorisation du CNRS.

SYRIE: Un patrimoine en danger, selon le CNRS...