"Revue des deux Mondes" (Février 2015) : Les Chrétiens d'Orient (Les oubliés)

Publié le par Patrice Sabater

"Revue des deux Mondes" (Février 2015) : Les Chrétiens d'Orient (Les oubliés)

Chers amis,

Nous vous proposons l'Editorial de la dernière livraison d'une Revue française publiée ce mois de février 2015. Il s'agit de la "Revue des deux Mondes".

Vous trouverez ci-après également le Sommaire de ce numéro. Il traite, entre autres, de la situation plus que précaire des Chrétiens d'Orient.

- o0o -

Editorial
Les oubliés

À l’heure où j’écris ces lignes, la nation française vient d’enterrer les victimes d’actes immondes commis au nom de l’islam. Les dessinateurs de Charlie Hebdo sont morts parce qu’ils incarnaient le rire, la liberté d’expression et le droit de se moquer des puissants et des institutions. D’autres Français ont été tués parce qu’ils étaient juifs. Les agents des forces de l’ordre, enfin, parce qu’ils servaient la République laïque, ennemi proclamé des intégristes.
Ces terroristes ont déclaré la guerre à ce qui nous constitue le plus intimement en tant que Français : les valeurs républicaines de liberté, d’égalité, de tolérance. Le droit de critiquer une religion sans répandre un discours de haine contre une communauté. Le droit aussi, pour chacun, de vivre sa foi, droit garanti par la laïcité, qui n’est pas, comme certains le disent, le tombeau des religions mais au contraire une chance, dans un pays où chacun peut croire (ou pas) ce que bon lui semble. Raccourci amer et terrible de l’histoire en marche, ce numéro de la Revue des Deux Mondes, élaboré avec le concours des Cahiers d’Orient dirigés par Antoine Sfeir, est consacré aux chrétiens d’Orient. Autres victimes de l’intolérance, ils payent actuellement au prix fort, par l’exil et souvent la mort, le fait d’être chrétien face aux djihadistes
de l’État islamique, qui rêvent d’un califat sunnite débarrassé des encombrantes minorités ethniques ou religieuses. Les chrétiens d’Orient, dont nous nous résignons à contempler avec fatalisme le destin malheureux, sont apparemment menacés de disparition pure et simple. Des centaines de milliers d’entre eux ont fui l’Irak, la Syrie mais aussi l’Égypte depuis 2010. Dépositaires du christianisme originel, ces communautés constituent le plus proche des orients pour l’Occident et le plus proche des occidents pour l’Orient : elles pourraient devenir un « laboratoire de postmodernité, mais d’une postmodernité consciente de ses racines », comme le démontre brillamment Jean-François Colosimo dans son article « La gloire pour tombeau ».
L’identité chrétienne orientale pourra aussi survivre dans l’exil, rappelle Henry Laurens, tant que la langue et la culture dureront. En atteste le nombre des Églises orientales déjà représentées en France (chaldéenne, maronite, syrienne-catholique, copte, melkite, arménienne, grecque orthodoxe, etc.) et dont la foi reste vivace.

Mais l’Orient, berceau du christianisme, sera-t-il le tombeau de ces premiers chrétiens ? La guerre en Syrie et en Irak, où les intégristes les somment de choisir entre la valise et la mort, nous posent brutalement la question. Comme le rappelle Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco, dans sa passionnante analyse « Ce que nous montre le conflit en Irak et en Syrie », la violence radicale s’attaque au patrimoine, symbole de culture pour dissoudre à jamais toute trace des minorités. « La diversité culturelle est la première cible des groupes armés car elle témoigne d’une liberté de penser et de vivre qui leur est insupportable. »
Protéger les minorités, leur culture et leur patrimoine, voilà un défi que l’Europe pourrait contribuer à relever. Lorsqu’on fait disparaître les sanctuaires du prophète Daniel, les mausolées de cheikhs soufis ou les monastères du Nineveh, qui ont joué un rôle majeur dans la transmission de savoirs grecs à l’Occident, c’est l’humanité tout entière qu’on attaque.

Valérie Toranian

 

Sommaire
Chrétiens d'Orient. Les oubliés
Bernard Heyberger  —  Les chrétiens orientaux entre l'islam et l'Occident
Antoine Sfeir  —  Le XIXe siècle, début de l'hémorragie
Frédéric Pichon  —  Une visite aux chrétiens de Damas
Jean-François Colosimo  —  La gloire pour tombeau
Bernard El Ghoul  —  La Russie : nouvelle protectrice des chrétiens d'Orient ?
Claude Dagens  —  Les réalités du Moyen-Orient et nos catégories européennes
Isabelle Safa  —  Le pacte d'Umar
Isabelle Safa  —  Les chrétiens d'Orient en France
Henry Laurens, Isabelle Safa et Aurélie Julia  —  Entretien – Le lent exode des chrétiens d'Orient

Études,reportages, réflexions
Thomas Gomart  —  Les conséquences du schisme russo-occidental
Irina Bokova  —  Ce que nous montre le conflit en Irak et en Syrie
Marin de Viry  —  Présentation d el'adjudant-chef Poujard au narrateur de Soumission
Isabelle Mayault  —  Dans les territoires
Jean-Pierre Naugrette  —  La Tamise au fil de l'eau, souvenirs de l'oncle Podger
Marin de Viry  —  Zeldin subtil et différent
Annick Steta  —  Thomas Piketty a-t-il raison ?
Henri de Montety  —  L'après-Péguy, vraies et fausses contradictions

Critiques
Jean-Benoît Puech  —  Présence de Henri Thomas
Olivier Cariguel  —  SItuation de Jacques Laurent
Frédéric Verger  —  John Ford à la Cinémathèque
Mihaï de Brancovan  —  Une reine presque incestueuse
Jean-Luc Macia  —  Ciboulette, Blanche : deux héroïnes si différentes

Notes de lecture
C Ficat, H de Montety, O Cariguel, G Albisson, É de La Héronnière  —  Jean-François Colosimo, Joël Cornuault, Françoise Benhamou, Guy Le Gaufey, Thierry Clermont, Charlie Chaplin