Au-delà d'une guerre: Le marché aux esclaves féminins en Syrie-Irak...

Publié le par Patrice Sabater

Au-delà d'une guerre: Le marché aux esclaves féminins en Syrie-Irak...

Le marché aux esclaves féminins en Syrie-Irak...

Des nouvelles parviennent d'Irak, nous les transmettons sans vérification personnelle, sur un sujet tabou, inqualifiable, pénible à soulever et dont il est même difficile à croire la réalité... Il s’agit du « marché aux esclaves féminins » qui a court actuellement en Irak. Si ce fait ne découle pas d'un Islam déviant, pourquoi ce trafic n'est-il pas dénoncé par les gouvernements du monde ?  Ces jeunes filles et ces femmes, fragiles et vulnérables ne méritent-elles pas une marche républicaine ? Des femmes Yézidies et Chrétiennes sont vendues au « marché aux esclaves » dans la ville de Mossoul en Irak, où elles sont amenées dans des « cages ». Il existe actuellement plusieurs marchés, dont les deux plus importants sont celui de Mossoul (Irak) puis celui de rejoint par celui de Racca (Syrie).

Sur une affichette (publiée sur le site), diffusée en arabe, la seule langue reconnue par l’Islam salafiste, qui règlemente le commerce. Les tarifs sont fixés en fonction de la virginité supposée des femmes et de leur âge. Ces prix sont assez modérés, si on les compare au prix des chèvres et des dromadaires vendus sur ces mêmes marchés : comptez environ 10 € pour une chèvre, 200 à 300 pour un dromadaire.


L’affichette postée à l’entrée du marché annonce les tarifs suivants:

Fillette de 1 à 9 ans : 200 000 dinars (138 euros)

Fille de 10 à 20 ans : 150 000 dinars (104 euros)

Femme de 20 à 30 ans : 100 000 dinars (69 euros)

Femme de 30 à 40 ans : 75 000 dinars (52 euros)

Femme de 40 à 50 ans : 50 000 dinars (35 euros)

Les femmes de plus de 50 ans ne font pas l'objet de transactions car elles ne conviennent pas à l'usage escompté. Nous notons que les prix ne couvrent même pas la nourriture et le coût du transport pour les acheminer sur le marché. Les plus chanceuses ont été converties à l'islam, les autres, la majorité, a été égorgées. L'Organisation État islamique, dans un document daté du 16 octobre rappelle sur un site en langue arabe, la loi en vigueur : "Chacun doit se souvenir que mettre en esclavage les familles d'infidèles et marier leur femme est un élément fermement établi de la loi islamique". Cette information survient peu après la diffusion d'une vidéo, montrant plusieurs combattants de l'État Islamique discutant, hilares, de l'achat de femmes Yézidies.

"Aujourd’hui c’est le jour de la distribution ; c’est la volonté de Dieu", lance l'un tandis que le caméraman fait le tour de la salle demandant qui veut d'une femme Yézidies et si les intéressés seront "capables de la gérer". Les hommes amusés détaillent leur façon de choisir : qualité de la dentition, couleur des yeux, fermeté des fesses et de la poitrine… Ceux qui sont intéressés négocient ensuite le prix avec le vendeur. Ce phénomène se développerait dans d'autres pays : Niger, Tchétchénie, Iran, Afghanistan, Algérie etc…


Source : Iraqi News

Publié par le Veilleur de Ninive - http://www.leveilleurdeninive.com/