TERRE SAINTE : Mgr CARBALLO, Ofm - Secrétaire du dicastère romain pour la vie consacrée, et à l’occasion de l’année de Vie consacrée, une journée de réflexion pour les religieux et religieuses de Terre Sainte fut organisée le mercredi 22 avril 2015, à l’Institut Pontifical Centre Notre Dame de Jérusalem.

Publié le par Patrice Sabater

TERRE SAINTE : Mgr CARBALLO, Ofm - Secrétaire du dicastère romain pour la vie consacrée, et à l’occasion de l’année de Vie consacrée, une journée de réflexion pour les religieux et religieuses de Terre Sainte fut organisée le mercredi 22 avril 2015, à l’Institut Pontifical Centre Notre Dame de Jérusalem.

JERUSALEM – En présence de S.E. Mgr José Rodriguez Carballo, ofm, Secrétaire du dicastère romain pour la vie consacrée, et à l’occasion de l’année de Vie consacrée, une journée de réflexion pour les religieux et religieuses de Terre Sainte fut organisée le mercredi 22 avril 2015, à l’Institut Pontifical Centre Notre Dame de Jérusalem.

Religieux et religieuses, moines et moniales, personnes consacrées, jeunes et anciens se sont déplacés ce mercredi après-midi, pour participer en grand nombre à ces quelques heures de réflexion et de méditation autour du thème : « L’action multiforme de l’Esprit Saint dans l’Eglise Mère de Terre Sainte ».

C’est le Frère Prêcheur (dominicain), Guy Tardivy, Prieur du Couvent Saint Etienne à Jérusalem, qui a présenté le programme de quatre heures, en introduisant les personnes qui devaient donner les témoignages et interventions.

La première intervention fut celle du Mgr William Shomali, Evêque Auxiliaire Latin à Jérusalem. Il a rappelé à l’audience « le rôle indispensable et admirable que jouent les nombreuses congrégations religieuses présentes partout en Terre Sainte », saluant « le rôle particulier que joue la Custodie de Terre Sainte ».

Selon Mgr Shomali « ce que nous (en tant qu’Eglise locale) attendons de vous, religieux et religieuses, est la même chose qu’attend de vous l’Eglise tout entière : être fidèles à vos charismes et à l’Evangile! ». Laissant à Mgr Carballo, lui-même religieux franciscain, la tâche de réfléchir sur la vocation religieuse et ses défis aujourd’hui, Mgr Shomali s’est contenté de relever ensuite les quelques « souhaits » de l’Eglise locale, pour la vie consacrée en Terre Sainte. Parmi ces souhaits, « l’apprentissage des langues du pays. L’arabe et/ou l’hébreu ».

Dans une longue intervention d’une heure, Mgr Carballo a traité, dans un style vivant et très concret, du sens et des défis de la vie consacrée « aujourd’hui ». «L’Evangile avant tout ! Car avant d’être franciscains, salésiens…etc nous sommes des baptisés ! », a insisté le Secrétaire du dicastère romain pour la vie consacrée. Quant à l’identité charismatique propre à chaque famille religieuses ou vie consacrée, « elle est toujours un charisme en chemin et en relation », disait l’évêque mettant en garde contre toute tentative de se replier sur soi ou d’autoréférentialité, sous prétexte de la « préservation » de cette identité, en se coupant de l’Eglise.

Quand on parle de la vie religieuse et de son avenir, on peut, selon Mgr Carballo, se trouver en face de trois attitudes différentes, celle des pessimistes, celle des optimistes et enfin celle des réalistes. Tandis que les pessimistes et les optimistes utilisent les mêmes mots (chaos, nuit obscure et coucher de soleil)  avec un sens différent, pour décrire la situation de la vie consacrée aujourd’hui, les réalistes eux parlent plutôt de lucidité, de crise et de discernement. Cette crise peut être une expérience positive de croissance, de prise de décision. Un moment de « prendre le taureau par les cornes », selon l’expression de l’évêque espagnol.

Etre réaliste veut dire aussi, selon Mgr Carballo, éviter l’idéalisme et l’utopie. L’idéal est important, il est « comme l’étoile qui nous guide », mais ne regarder que l’idéal, et rester loin de la réalité, risque de ne produire qu’une « frustration perpétuelle ».

Parmi les nombreux dangers auxquels fait face aujourd’hui la vie consacrée, Mgr Carballo a mit garde contre « une vie consacrée plus occupée par le nombre que par la signification évangélique, plus préoccupée par les œuvres à elles seules que par la dimension prophétique qui ne devrait pas manquer ». Il a souligné aussi que l’un des plus grands pêchés dans une vie religieuse est vraisemblablement celui de la « médiocrité », celui d’« une vie religieuse sans spiritualité et sans mystique ». Le contraire de cela serait selon lui, « une vie consacrée qui se sent en chemin, centrée dans le Seigneur, et signe du transcendant, concentrée sur les éléments essentiels de son identité : consécration, vie fraternelle en communauté, mission ; etdé-centrée, capable d’aller à la périphérie ».

Le Secrétaire du dicastère romain a terminé son intervention en posant la question : « Est-ce que la vie religieuse a donc un avenir ? Qu’en pensez-vous ? », et l’audience a répondu dans une joyeuse unanimité: «Oui ! ». Le Secrétaire a conclu alors en disant : « Oui, la vie religieuse a un avenir, mais pas forcément toutes les formes de vie religieuse ». C’est ce que l’histoire nous apprend.

Le rencontre s’est poursuivi ensuite par une série de témoignages passionnés de religieux et religieuses de différents charismes, tandis que retentissaient encore dans les cœurs de tous les paroles encourageantes et pleines d’espérance par lesquelles Mgr Carballo a conclu son intervention: « Vie consacrée, lève-toi et marche » !

Source: Lpj.org - Firas Abedrabbo

Le 23 avril 2015

Reportage photos sur: http://fr.lpj.org/2015/04/23/vie-consacree-leve-toi-et-marche/