SYRIE: Mgr Nicolas Antiba - Pas d’exception, la paix est gratuitement donnée à tous ceux qui la cherchent

Publié le par Patrice Sabater

SYRIE: Mgr Nicolas Antiba - Pas d’exception, la paix est gratuitement donnée à tous ceux qui la cherchent
SYRIE: Mgr Nicolas Antiba - Pas d’exception, la paix est gratuitement donnée à tous ceux qui la cherchent

Pas d’exception, la paix est gratuitement donnée

à tous ceux qui la cherchent

 

La lettre de noël de l'archevêque métropolitain melkite

de Bosra et Hauran, en Syrie

 

Noël 2015

 

Mes chers amis,

Noël, une de nos grandes fêtes, s’approche à grands pas et s’annonce une nouvelle fois plein d’espoir de paix.

Le « Prince de la paix », notre Seigneur Dieu, émigre de son ciel pour venir habiter parmi nous dans notre « tente » terrestre et se fait « petit enfant » dans une crèche.

Il est accueilli par les bergers et les animaux, l’étoile et les mages, tandis que les puissants de ce monde refusent de l’accepter comme roi et prince, car Il les dérange. Malgré tout cela, Il prend chair d’une jeune fille vierge que lui-même a choisi. Quelle joie pour les anges voyant leur prince s’incarner ! Ils se révoltent contre les grands pour clamer : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté ».

Pas d’exception, la paix est gratuitement donnée à tous ceux qui la cherchent. Nous aussi, nous la demandons de cet enfant né, Dieu éternel. Nous Lui prions de l’accorder en changeant le cœur des belligérants et en insufflant la réconciliation ! Puisse ce « Petit » de la crèche embaumer nos blessures et faire de nous une « nouvelle créature » !

[…] Jour après jour, le nombre des orphelins augmente ! En effet, le tunnel de la guerre est sombre et voilà que l’émigration s’accroît légalement et illégalement vers l’Eldorado de l’Europe via la Turquie ! Seul, le village de Khabab, siège de l’évêché, voit partir déjà dans les environs de 550 personnes ; le village voisin 350… Ce sont des jeunes qui partent ! C’est une vraie plaie qui frappe nos communautés chrétiennes !

Un autre élément qui pousse à cette émigration est la peur. Je prends courage en mentionnant l’événement suivant. La dernière semaine de septembre, les rebelles du front Al-Nusrah, ont, pendant trois jours consécutifs, lancé des obus (environs 70) sur notre village de Khabab et pas loin de l’évêché. Je remercie le Seigneur et tous les saints qui nous ont protégés. Il y a eu beaucoup de dégâts matériels et plusieurs blessés, mais pas de morts ! Après le premier jour, les écoles fermées, plusieurs familles ont fui le village pour la ville de Damas. Le calme est maintenant revenu, mais la peur y persiste. D’autre part, la salle paroissiale du village de Kharaba a été confisquée par le même groupe de terroristes qui en a fait leur quartier général. Que dirai-je alors des troubles que vous avez récemment eu à Paris, véritable carnage causé par ces attaques barbares ? Nous vivons ces événements tous les jours ! Le lendemain de l’attaque, on a célébré la Divine Liturgie à l’évêché à leurs intentions.

Mais j’ai confiance en Dieu et compte beaucoup sur vos prières. Je mentionnerai ici, à titre d’exemple, nos jumeaux de Biarritz qui ont créé une chaine de prières. Ils sont toujours là à nous aider par leurs prières et faciliter l’accès coûteux aux médicaments pour le prêtre cancéreux de la cathédrale, grâce aux soins des Chevaliers de Malte.

La vie doit continuer malgré toutes les vicissitudes du temps présent. L’année scolaire a repris avec les réunions préparatoires pour la catéchèse. On a ré-ouvert le centre catéchétique dans le village de Izraa. On compte cette année, bien que le nombre ait diminué, presque 1 600 élèves avec 106 catéchètes, distribués sur cinq centres dans le district du Hauran seulement. Merci mon Dieu pour Ta bienveillance ! […]

Dans la deuxième moitié de novembre, dans notre Patriarcat de Damas s’est tenu l’assemblée des patriarches et évêques catholiques de Syrie, qui a duré trois jours. Beaucoup de discussions et de réflexions :

  • sur la situation actuelle de la Syrie,
  • le problème de l’émigration,
  • les difficultés de l’aide aux besogneux à cause de l’embargo européen et américain,
  • la question de l’unification de la date de Pâques…

Tout le monde s’efforce de trouver les moyens de subventions pour son « troupeau ».

Les choses vont de mal en pis ! Malgré tout cela, le Seigneur n’abandonnerait pas les siens grâce aux multiples associations européennes caritatives qui nous ont aidées dans notre situation difficile ; plusieurs parmi vous ont contribué à cette aide !

Entretemps, le patriarcat Syriaque orthodoxe, à l’occasion du centenaire de génocide des syriaques, a mis sur scène une symphonie à l’opéra de Damas. Tout le monde fut invité ; un souffle d’air frais !

Le mois de décembre qui s’approche très vite annonce les fêtes. Cette année, comme vous êtes déjà au courant, le Pape a annoncé l’ouverture d’une année sainte et demandé à tous les hiérarques de la célébrer dans leur diocèse respectif. Ainsi, j’ai demandé à tous mes prêtres de s’associer à moi le samedi 12 pour la fête de saint Nicolas et l’ouverture de l’année sainte. Ce sera aussi l’occasion de distribuer des cadeaux aux enfants, si les subventions arrivent, pour la Noël et le Nouvel An. C’est mon désir et mon espoir !!!

Je remarque que cette missive à l’occasion de la Noël s’allonge et perd de son esprit festif et joyeux. J’arrête ici pour me confier à vos prières après avoir imploré le Seigneur Dieu pour votre protection et la nôtre.

Je tiens, de nouveau, à vous remercier de tout cœur pour votre soutien moral et financier durant ces épreuves. Priez pour moi comme je le fais à votre intention.

Je vous envoie mes meilleurs vœux pour une Sainte Fête de Noël et une Nouvelle Année dans la joie et la paix. Je vous embrasse avec mes amis, les petits, dans le Seigneur en vous saluant « Le Christ est né ! » ; « Glorifions-Le ! »

+ Mgr Nicolas Antiba

Votre Abouna

 

Source : L’Œuvre d’Orient – 21 décembre 2015