Recension : Maurice BORRMANS, Prier 15 jours, avec Louis Massignon – islamologue. Editions Nouvelle Cité, Paris 2016

Publié le par Patrice Sabater

Recension : Maurice BORRMANS, Prier 15 jours, avec Louis Massignon – islamologue. Editions Nouvelle Cité, Paris 2016
Recension : Maurice BORRMANS, Prier 15 jours, avec Louis Massignon – islamologue. Editions Nouvelle Cité, Paris 2016
Recension : Maurice BORRMANS, Prier 15 jours, avec Louis Massignon – islamologue. Editions Nouvelle Cité, Paris 2016

Prier 15 jours avec Louis Massignon

- islamologue -

Le Père Maurice BORRMANS (Père Blanc), ancien professeur au PISAI (Rome et consulteur au Conseil pontifical pour le dialogue inter religieux), est sans aucun doute un des connaisseurs les plus avertis de la pensée de Louis Massignon (1883-1962), islamologue français. Louis Aragon, au jour de son décès le 31 octobre 1962, dira de lui : « Un des hommes qui signifient la France vient de disparaître ».

Les Editions Nouvelle Cité nous donnent de prendre un chemin durant 15 jours avec un pionnier en France de l’islamologie, ami et proche de la pensée du Bienheureux Charles de Foucauld. Cet homme agnostique à ses débuts, membre de la « Commission Sykes-Picot », soutenu par des personnalités de premier rang, parmi lesquelles André Malraux et le Général de Gaulle, découvre la foi lors d’une croisière sur le Tigre le 3 mai 1908… L’histoire de cet homme pourrait s’arrêter là, et nous en resterions à un personnage romanesque découvrant l’Orient, ses populations, et aussi le Dieu de Jésus-Christ. Un « orientaliste » de plus !

Il entre en lui-même, relit sa vie, et entre dans une démarche de « retour » et de « repentir » (tawba/tawwâb). Ce chemin va lui permettre d’interroger les mystiques de l’Islam et les prophètes de la Première Alliance. Il interroge la « théologie négative » des musulmans en regard avec la théologie dite « apophatique » des Pères de l’Eglise ; dont saint Grégoire de Naziance… « de Dieu on ne saurait rien dire ». Il étudie al-Hallaj, les soufis, le thème de l’hospitalité abrahamique et christique… Il ne convertit pas à la marge. Il a un réel désir de se donner, de s’impliquer en personne  comme son ami à Tamanrasset. Il a un fort désir d’Absolu…

En 1922, il développe une réflexion spirituelle sur le Patriarche Abraham, « Hanif » pour les musulmans. L’auteur note à la page 15 qu’il fut « un priant parmi d’autres priants » tout comme il s’est voulu, partout et toujours, chercheur et pèlerin, ami et substitué, doué d’une rare sensibilité abrahamique et christique ».

On retiendra sans doute de lui sa recherche constante de se mettre en chemin de « badaliya »; c’est-à-dire, de la « compassion et de « la substitution en faveur de personnes qui lui étaient devenues chères pour des raisons éminemment transcendantales ». (p 83) il s’agissait « de vivre, en esprit de badaliya, une solidarité mystique avec les croyants musulmans, tout en étant solidaires des chrétiens arabes qui sont leurs concitoyens » (p 83). Il comprenait cette disposition à la substitution par compassion, au travers de l’imitation de Jésus-Christ. Ce fut, sans doute, l’intuition majeure de sa pensée, et en définitive de toute sa vie… On notera également dans ce petit livre de belles pages autour de la mystique, du sacerdoce et de la Vierge Marie. La prière finale « pour une nouvelle badaliya » nous fait penser, bien sûr, au chemin de ces moines en Algérie qui donnèrent leurs vies en offrande. Un chemin de rencontres pour chercher, avec les Justes et les mystiques, avec l’homme de bien, une nouvelle relation à l’autre dans sa quête du Tout Autre…, l’Unique !

Ass. Béthanie-Lumières d’Orient

20 mars 2017

Maurice BORRMANS, Prier 15 jours, avec Louis Massignon – islamologue. Editions Nouvelle Cité, Paris 2016. 120 pages.  12,90 €