RECENSION du livre de Leyla DAKHLI (dir.), Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle. Ed. Le Seuil. Coll. Points

Publié le par Patrice Sabater

RECENSION du livre de Leyla DAKHLI (dir.), Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle. Ed. Le Seuil. Coll. Points
RECENSION du livre de Leyla DAKHLI (dir.), Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle. Ed. Le Seuil. Coll. Points
RECENSION du livre de Leyla DAKHLI (dir.), Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle. Ed. Le Seuil. Coll. Points

Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle

Le nouveau livre que nous présente Leyla DAKHLI pourrait être une suite à son précédent livre sous forme de synthèse. C’est justement ce qu’elle évoque dans les premières pages de cet ouvrage : « Ecrire une synthèse, dit-elle, qui ne soit pas une somme, ne prétende pas à l’exhaustivité, mais permettre d’apercevoir une lecture possible, multiforme et multiséculaire, de la région » (page 29) Pour ce faire, elle invite une douzaine de spécialistes dans cette œuvre d’approfondissement en neuf chapitres. L’ouvrage envisage les transformations nombreuses (à dominantes identitaires et/ou révolutionnaires, idéologiques, islamistes, sionistes… Mais aussi, des massacres, des recompositions, des guerres fratricides…) qui se sont développées tout au long de cette période, et qui ont affecté deux empires : l’empire ottoman et l’empire perse.

Il semblera au lecteur que tout a été dit ou presque sur l’Orient tant l’édition est prolifique sur le sujet. Le lecteur sait, ou croit savoir… ; et pourtant voici qu’il découvre une autre forme d’approche de cette réalité historique et sociale qui ne saurait être assujettie à la seule lecture événementielle, géopolitique ou simplement guerrière. Les premières lignes de l’introduction nous situent dans cet espace géographique dont on parle tant de nos jours. Leyla DAKHLI nous dit : « La connaissance du Moyen-Orient semble être devenue une part du savoir commun nécessaire pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, nous autres Européens ou Français. Cet espace nous est la plupart du temps présenté comme « autre », voire comme l’autre absolu, l’ennemi héréditaire, l’Orient incommensurable, forcément compliqué. Mais il nous est aussi bien proche – et l’on dit parfois en français le « Proche-Orient » pour le nommer et, d’une certaine manière, s’en tenir plus près. Il est ainsi le différent et le semblable, le lieu qui réunit « les fils d’Abraham » comme on peut le percevoir de loin… » (page 9)

Les auteurs de ce livre dirigé par Leyla DAKHLI nous entraînent plus profondément dans cette histoire sociale aux « forages à l’intérieur des sociétés du Moyen-Orient » que réalise chaque auteur pour la partie qui le concerne. Chacun l’aura compris. Nous n’avons pas un livre d’histoire évènementiel qui s’attache aux dates et aux faits, mais plutôt des thématiques qui éclairent la vie au Moyen-Orient. Il s’agit de traiter des questions vitales, des questions qui font sens et qui rétablissent quelques vérités historiographiques.

L’ensemble de l’ouvrage est didactique. Il s’agit d’amener le lecteur non-spécialiste à une meilleure connaissance des sociétés moyen-orientales, de leur histoire, de leur évolution et de leurs situations aujourd’hui. Pour ce faire, le livre débute par une riche et remarquable introduction de 29 pages, suivie d’un guide de lecture de deux pages qui aide à entrer dans cette compréhension du « Moyen-Orient à la fois plus complexe et plus normal qu’il paraît, sur les hommes et les femmes qui le peuplent au moment d’entrer dans une certaine « modernité »» (page 30). Dans l’ensemble, chacun des chapitres proposés se présente sous la même forme de manière à offrir une introduction consistante sur le sujet, un développement de quelques points précis et des enjeux qui y sont associés. Notons quelques sujets traités dans ce livre : l’évolution de la femme au Moyen-Orient, les migrations, la modernisation, les tribus, le Golfe persique, l’Iran, la Turquie…, l’anthropologie religieuse.

L’étude synthétique que nous offre ce merveilleux ouvrage se termine à l’aube de 1980. Il faudra sans doute écrire une suite jusqu’à nos jours ; mais peut-être est-il encore trop tôt pour le faire car nous n’avons pas assez de recul pour une telle mise en œuvre. Ce livre se termine en offrant une fenêtre sur les questions sociales telles qu’elles ont été vécues sur l’esplanade centrale de Tunis, à Gaza, à Beyrouth ou dans le parc Gezi d’Istanbul. Des questions qui n’ont de sens réel que pour celui qui les porte dans sa singularité. Elles nous semblent lointaines ou à contre-courant, non-immédiates ou périphériques mais elles sont des questions de vie, de choix de vie, d’émancipation, de citoyenneté et de liberté. Merci à ces auteurs et spécialistes de nous livrer un ouvrage qui intéressera vraiment celui qui ne s’attache pas seulement à l’information mais qui veut aller plus loin dans sa connaissance du Moyen-Orient et de ses peuples. Nous attendons maintenant avec impatience le prochain opus de Leyla DAKHLI !

Patrice Sabater, cm

29 mai 2017

Leyla DAKHLI (dir.), Le Moyen-Orient. Fin XIXè-XXè siècle. Ed. Le Seuil. Coll. Points n° H519. Paris, novembre 2016. 470 pages. 11 €

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :