Conclusions du Synode de l'Eglise chaldéenne (Juin 2013)

Publié le par Patrice Sabater

Synode de l’Eglise Chaldéenne 2013

Synode-chaldeen---Juin-2013.jpgLe Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I SAKO, élu le 31 janvier 2013, a convoqué un Synode de l’Eglise chaldéenne, qui c’est déroulé du 5 au 11 juin 2013. Le synode s’est tenu à Bagdad afin de donner un signe d’encouragement à toutes les personnes qui y vivent et qui sont lasses des souffrances continuelles.

Le Nonce apostolique en Jordanie et en Irak, S.Exc. Mgr Giorgio LINGUA, a par ailleurs participé à l’ouverture des travaux. Tous les Evêques chaldéens, à l’exception de Mgr Sarhad JAMMO (San Diego - Etats-Unis), se sont rassemblés en la Maison générale des Sœurs chaldéennes ‘Filles de Marie Immaculée’, dans le centre de la capitale irakienne :
- Mgr Thomas MERAM (Urmiah - IRAN), 
- Mgr Bashar WARDA (Erbil - IRAK), 
- Mgr Hanna ZORA (Toronto - CANADA), 
- Mgr Emile NONA (Mossoul - IRAK), 
- Mgr Michel KASARJI (Beyrouth - LIBAN), 
- Mgr Ramzi GARMO (Téhéran - IRAN), 
- Mgr Mikha MAQDASSI (Al-Qosh - IRAK), 
- Mgr Ibrahim IBRAHIM (Michigan - USA), 
- Mgr Rabban AL-QAS ( Amadya - IRAK), 
- Mgr Antoine AUDO (Alep - SYRIE), 
- Mgr Jibrail KASSAB (Sydney AUSTRALIE et Nouvelle-Zélande), 
- Mgr Shlemon WARDUNI (Évêques Auxiliaires, Bagdad - IRAK),
- Mgr Jacques ISHAQ (Évêques Auxiliaires, Bagdad - IRAK).

72928_286710311455253_1869196784_n.jpgLe Patriarche à tout d’abord rappelé la mission d’un évêque qui est de ne pas se renfermer dans un rôle d’administrateur, mais d’être des apôtres et des témoins de Jésus ; leur efficacité dépend de la profondeur de leur vie spirituelle.
Le lendemain les travaux du Synode ont commencé, les évêques ont traité divers sujets pendant une semaine, dont voici un bref résumé en neuf points :
1 / Tout d’abord les évêques remercient le Seigneur pour la grâce de cette rencontre, et remercient le patriarche d’avoir convoqué ce synode important et attendu. Ils ont pu à cette occasion lui renouveler leurs vœux pour son élection il y a 5 mois, et lui exprimer l’importance de sa devise pour l’ensemble de l’Eglise chaldéenne : « Authenticité (Sharirouta), Unité (Houyada), Renouveau (Houdata) ». Les Pères synodaux estiment en effet que l’Eglise chaldéenne, dans sa diversité, en Irak ou en diaspora, ne forme qu’un seul corps et une seul foi. Ils ont mis l’accent sur l’Irak, patrie et berceau de l’Eglise Mère, souhaitant qu’elle retrouve sa place et son rôle historique.
2 / Les Pères synodaux s’engagent à œuvrer pour l’œcuménisme et invite tous les chrétiens des différentes communautés à s’unir, comme le Christ le demande à ses disciples « qu’ils soient un ». Ces divisions nous dispersent et affaiblissent notre Eglise. Les évêques ont souligné leur désir d’ouvrir un dialogue franc et courageux avec l’Eglise Assyrienne et ainsi restaurer l’unité de l’Eglise d’Orient afin qu’elle retrouve son prestige et sa gloire.
3 / Les Pères synodaux appellent les chrétiens (en terre d’Orient) à maintenir un dialogue islamo-chrétien sincère, à être des ponts entre tous les groupes, pour renforcer la coexistence et faire entendre leur voix dans les événements et développements du pays. Ils ont ainsi apprécié la présence de nombreuses personnalités et représentants politico-religieux lors de la cérémonie d’intronisation du nouveau patriarche, qui ont exprimés le désir d’une réconciliation nationale, pour la stabilité et la sécurité du pays.
4 / Les évêques ont exprimé au nonce apostolique leur amour filial et leur gratitude envers le Pape François pour ses positions encourageantes, pour sa proximité avec les peuples d’Orient. Il est important de rappeler que l’Eglise Chaldéenne fait entièrement partie de l’Eglise Catholique.
5 / Après avoir étudié la situation du diocèse de Bagdad les Pères synodaux ont insisté sur la réorganisation de la Curie Patriarcale. Ils demandent une gestion transparente des ressources économiques des Diocèses, en ayant pour critère les besoins concrets des Paroisses. Ils ont également insisté sur la solidarité et l’unité entre tous les diocèses, et sur la valorisation des congrégations de religieux et de religieuses afin qu’ils soient une aide à l’Eglise, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. D’autre part, plusieurs évêques ont été élus pour les diocèses vacants, à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire patriarcal.555864_419104038172413_859267814_n.jpg
6 / Il est indispensable de bien étudier les vocations sacerdotales et monastiques et ne pas confondre la pastorale des vocations avec une campagne de recrutement pour remplir les espaces vides. Il faut approfondir la formation sacerdotale. Les évêques invitent les religieux et les religieuses à respecter le règlement de leur congrégation au service de l’Eglise. Il a aussi été rappelé qu’aucun prêtre ne peut se déplacer sa résidence d’un Diocèse à un autre sans l’accord des deux Evêques concernés.
7 / La crise politique et sociale qui sévit depuis plusieurs années en Irak à ébranlé les fondements de la vie des citoyens et les a incité à migrer dans le nord de l’Irak ou dans les pays proche ou lointains. Afin de freiner cet exil, les évêques chaldéens veulent créer une Commission de laïcs et de prêtres pour rechercher des réponses concrètes au problème du travail et favoriser les investissements en Irak. Ils invitent les investisseurs irakiens de l’étranger à soutenir cette initiative.
Les chrétiens d’Irak doivent être fiers de l'Histoire de leur Eglise et de leur identité chaldéenne, puisée aux sources des temps apostolique, par l’Apôtre Thomas, ses disciples Addaï et Mari, et propagée dans les quatre coins du monde. Les Pères synodaux demandent aux fidèles de cette Eglise Apostolique : « de ne pas oublier cet esprit que vos pères ont porté et sur laquelle est basée votre éducation. Ne cédez pas à la dure réalité mais construisez votre foi sur la devise de ‘l’Authenticité, l’Unité et le Renouveau’ ».
8 / Les Pères synodaux ont rappelé que la politique demeure un domaine confié à la responsabilité spécifique des laïcs et dans lequel les Evêques et les prêtres ne doivent exercer aucune intervention directe. Mais ils encouragent les chrétiens à constituer des partis politiques pour défendre leurs droits, de construire des écoles et des centres socioculturels pour l’enseignement de la langue et la promotion de l’art et de la culture.
9 / Pour finir, les Pères synodaux ont exprimé leur tristesse concernant les violences dans leur pays et espèrent un changement politique en faveur de la paix. Ils ont aussi prié pour la paix en Syrie et notamment pour la libération des deux évêques enlevés depuis le 22 avril dernier, Mgr Yohanna IBRAHIM, Syro-orthodoxe, et Mgr Boulos AL-YAZIGI, grec Orthodoxe.

Conclusion
Pour conclure ce Synode de l’Eglise chaldéenne, le Patriarche et les évêques, après ces journées de réflexions ensembles, ont priés en remerciant l’Eprit Saint, ainsi que les Pères de cette Eglise, pour les fruits reçus ; ils ont remercié le Seigneur pour sa grâce, et demandé l’intercession de la Vierge Marie afin que ce Synode porte des fruits. Ils prient pour que le Seigneur envoi une pluie de bénédiction sur les fils et filles de notre patrie, en Irak et en diaspora, qu’ils soient préservés dans la foi, l’amour et l’espérance. 
Une réception à ensuite été donné en présence de nombreux responsables politiques et religieux irakiens, un moment symbolique de réconciliation nationale, au cours de laquelle le Patriarche a invité tous les partis politiques à ne pas abandonner ou compromettre la voie du dialogue et de la cohésion nationale.

Sources : www.saint-adday.com / Agence Fides