En attendant Dimanche: Homélie 1er Dimanche de Carême

Publié le par Patrice Sabater

Seigneur, rends-moi la joie d’être sauvé !!! 

 

enfant en colère 2Et, de colère, le petit enfant est parti en courant après avoir serré ses poings très forts. Rien ne le retenait même pas la voix de sa maman. Il n’avait pas eu ce qu’il voulait... Pauvre petit garçon que rien ne console ! Il apprendra avec le temps qu’il y a des saisons pour toute chose et que les pleurs ne peuvent pas toujours suffire à changer le cours des choses. Aujourd’hui, il est triste, tout seul dans son désert. Il est dans sa chambre et il boude... Ne nous arrive-t-il pas aussi de bouder « pour un oui ou pour un non » ?  Le Seigneur Dieu planta un jardin en Éden, à l'Orient, et y plaça l'Homme qu'il avait modelé. Le Seigneur Dieu fit pousser du sol toute sorte d'arbres à l'aspect attirant et aux fruits savoureux; il y avait aussi l'arbre de vie au milieu du jardin, et l'arbre de la connaissance du bien et du mal. (Gn 2, 8-9)

L'Arbre de la Vie symbolise l'immortalité. Quant à l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal, il ne désigne pas la capacité de distinguer ce qui est bon de ce qui est mauvais. Elle fait plutôt référence à un savoir total, une maîtrise parfaite des mystères de la vie, une totalité qui est du côté de Dieu. Et voilàHomme en colère que les deux protagonistes de ce Jardin veulent mettre la main sur Dieu, « être à sa place » et de la sorte, ils échapperont à la condition humaine. Les branches tombent. Il n’y a plus de vie, d’espérance. Le drame se noue dans les entrailles de l’humanité si prompte à la puissance.  Il faudra attendre le grand texte de l'Apocalypse qui fait allusion à cet arbre pour que l’Homme soit fondé à porter dans son cœur l’espérance : « Au vainqueur, je ferai manger de l'arbre de vie placé dans le Paradis de Dieu. » (Ap 2, 7)

Ainsi, le balancier va d’un côté et puis de l’autre, et parfois il devient fou. On a perdu la boussole ; pourtant dans le désert une boussole est bien utile ! Le désert, Seigneur, est ce lieu que tu choisis pour être au cœur du monde, au cœur de ta Création, au cœur de toi-même. Tu parles au cœur de l’Homme mais surtout, dans ce lieu où Tu nous parles, tu écoutes la voix du Père Créateur. Le désert, si vide et si silencieux, nous semble une menace... comme le silence d’un monastère. Il creuse des peurs, un face à face avec nous-mêmes et avec le Seigneur. « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! » (1 Sam 3, 1-10)

1465325 682253641799572 913297302 nSeigneur, je me mets à crier vers Toi. Je te redis avec ma bouche les paroles du Psaume 50 : « Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint. Rends-moi la joie d'être sauvé ;
que l'esprit généreux me soutienne
 ». Tout est menace en moi. Parfois, Seigneur, je ne sais pas - ou bien je ne sais plus - où mes pieds doivent aller et quel sens a ma vie, mais je sais qu’en me tournant vers Toi, Tu auras ce regard d’amour que je ne trouverai pas ailleurs... Je sais que Tu as le regard juste et que tu veux me justifier, me rendre à Toi et à ma propre vie. Parfois, j’entends le prêtre le dire à la Messe durant l’Eucharistie. C’est alors que mon cœur est en silence, qu’il attend, qu’il espère..., et te voilà plus près et plus proche dans mes mains et sur ma langue... Je ne suis plus au désert mais avec une foule innombrable de saints qui marchent vers Toi.

Il faut peu de choses. Ce dimanche, nous ouvrons le poing que nous avions1457709 725802167448272 1846064329 n levé. Qu’y a-t-il à l’intérieur ? Il reste un peu de poussière de mercredi dernier. Juste un peu de poussière pour me  souvenir que, de là, je viens et que, vers là, je retournerai. Je sais aussi que le Seigneur est plus fort et plus puissant que mes peurs, que celui qui veut diviser les cœurs. Je sais qu’Il est vainqueur et que cette Victoire nous sera annoncée au soir de Pâques. « Mort, où est ta victoire ? » La mort, le péché, les peurs sont défaits parce que le Christ est vainqueur et que, fils de Dieu avec Lui, j’attends demain (ce qui est déjà là, mais pas complètement encore) la Victoire de Dieu. Seigneur, Tu m’as rendu la joie d'être sauvé !!!

Père Patrice Sabater Pardo, cm

Barcelona, le 9 mars 2014

1er Dimanche de Carême


Dhaka-c-Auniket-Prantor---Copie.jpg