ISRAËL: Un projet de loi israélien verrouille d'éventuelles concessions sur Jérusalem

Publié le par Patrice Sabater

Drapeau d'IsraëlUn projet de loi israélien dispose qu'aucune négociation sur le statut de Jérusalem ne pourra se tenir avant l'accord préalable de deux tiers de la Knesset. Netanyahu serait opposé au projet.

Un dirigeant du parti du Président palestinien Mahmoud Abbas a dénoncé lundi un projet de loi israélien qui empêcherait pratiquement toute concession sur Jérusalem, texte contre lequel la ministre en charge des négociations Tzipi Livni a intenté un recours. Mme Livni, également ministre de la Justice, a engagé cette procédure après avoir été mise en minorité dimanche soir lors d'un vote de la commission ministérielle sur la législation qui a approuvé le projet, a indiqué à l'AFP sa Porte-parole Maya Bengel. "Ce gouvernement extrémiste tente de faire échouer les négociations depuis qu'elles ont commencé. Ce n'est qu'un obstacle de plus", a déclaré à la radio officielle Voix de la Palestine Jamal Mheissen, un responsable du Fatah, le mouvement de M. Abbas.

Le texte dispose qu'aucune négociation sur le statut de Jérusalem, une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien, ne pourra se tenir avant l'accord préalable de deux tiers, soit 80, des 120 députés de la Knesset (Parlement). "Etant donné qu'il y a eu des cas dans lesquels ont commencé des discussions sur la cession de parties de la ville, il est nécessaire d'adopter une loi qui ne permettra même pas la possibilité d'envisager cette option", selon le texte.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, dont le gouvernement a repris depuis fin juillet des pourparlers de paix avec les Palestiniens sous l'égide des Etats-Unis, est opposé au projet de loi, selon les médias.Nethanyahou

En raison du recours de Mme Livni, le projet de loi devra être directement examiné en Conseil des ministres, où ses chances d'approbation sont considérablement réduites car la décision de le soumettre au vote dépend du seul chef du gouvernement, explique le quotidien Maariv. Maariv a par ailleurs rapporté la semaine dernière que les pourparlers, sur lesquels les Etats-Unis ont imposé aux deux parties un black-out médiatique, étaient au bord de l'effondrement, en raison de positions inconciliables sur les frontières.

Le département d'Etat américain s'est déclaré jeudi "en désaccord avec une série d'informations de presse qui affirment que les négociations ne se tiennent plus ou sont bloquées". 

Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible". Mais la communauté internationale ne reconnaît pas l'annexion en 1967 de la partie orientale de la ville, où les Palestiniens veulent établir la capitale de l'Etat à laquelle ils aspirent. Quelque 200.000 Israéliens habitent dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est, où vivent plus de 280.000 Palestiniens.

Source: L'Orient le Jour.com - 21 octobre 2013