Liban: une page méconnue du Collège Saint Joseph d'Antoura... l'Orphelinat arménien (2ème Partie)

Publié le par Patrice Sabater

L'Orphelinat arménien du Collège Saint Joseph d'Antoura

(2ème Partie)

entree-cimetiere-compresse.jpg

L'année 1933-34 connut une baisse apparemment inexplicable, puisque le nombre des élèves tomba à 142 pour reprendre sa marche ascendante et atteindre en 1938-39, le chiffre de 381 élèves. Pourquoi cette baisse en 1933 ? Est-elle le résultat de la crise qui a secoué le monde à cette époque ?

Il y eut aussi un changement dans le recrutement des élèves. On vit venir à Antoura beaucoup de jeunes français, fils de fonctionnaires du mandat et d'officiers des Troupes du Levant. D'autre part, certains fonctionnaires français de la Compagnie du Canal de Suez envoyaient volontiers leurs enfants à Antoura. Ce qui changea un peu la couleur de la population du Collège. La présence de français sur les mêmes bancs que les libanais, les syriens et les autres arabes, contribuait à maintenir le haut niveau du français à Antoura.

enfant-pensant-compresse.jpg

Les élèves égyptiens qui s'élevaient par moment à cinquante, diminuèrent par contre. Sous l'impulsion du roi Fouad Ier, l'Egypte vit s'ouvrir de nouvelles Ecoles Françaises ou locales enseignant le français. Le niveau n'était certes pas celui d'Antoura et du Liban en général, mais il était suffisamment bon pour ne pas aller chercher un enseignement que l'on trouvait chez soi.

 

Source: Victor Hachem, "Une histoire du Liban" -  Antoura de 1657 à nos jours -

 

Pere-Jonas-et-statue-enfant-compresse.jpgle Père Jonas Desta, cm (Province d'Ethiopie)

 

cimetiere-compresse.jpg