Préparons Dimanche: Pentecôte ... Viens Esprit Saint !!! Maranatha !!!

Publié le par Patrice Sabater

Dans le feu de Ton Esprit

Pentecôte 2013

 

H5D.jpgSi l’on prend une carte ancienne du Moyen-Orient, on se rendra compte que les provinces citées par saint Luc représentent l’ensemble des régions de tout le Moyen-Orient, de la Turquie à la Tunisie (actuelles), en passant par la Mésopotamie. C’est dire combien Jérusalem était envahie de pèlerins de tous azimuts, pour cette grande fête de Pentecôte.

Le monde occidental semble avoir un peu oublié cette part nécessaire à la Théologie, et plus que la dimension dogmatique c’est de la dimension spirituelle dont il s’agit, de cette réalité qui nous échappe et dans laquelle jour après jour nous sommes plongés. Le Cardinal Yves Congar, op. éminent théologien catholique présent au Concile l’avait bien entrevu. La dimension pneumatologique (c'est-à-dire, versée dans l’Esprit) semble ne pas résister au poids de l’empirisme à tout crin : il faut quantifier, vérifier, peser, mettre sous microscope... Les Eglises orientales sont beaucoup plus portées à honorer la Troisième Personne de la Trinité, la dimension spirituelle dans l’Esprit, la Vie en Christ dans l’Esprit que l’Eglise latine. S’ouvrir... Ouvrir son cœur comme le fit dans les Catacombes romaines Saint Philippe Neri. Oui, à son exemple, et dans le mouvement du Christ ressuscité nous sommes appelés à nous laisser envahir par cette flamme d’amour sur nous, en nous, entre Frères et Sœurs d’Eglises séparées et/ou unies. Enflammer nos vies pour qu’elles soient limpides du feu de Dieu !!!

Pentecôte (Cinquante jours après l’événement de Pâques) : l’essentiel est dans la parole de Pierre. Ce jour-là, la Sainte Vierge et les Apôtres réunis pour célébrer la fête juive de Chavouoth : c’est le jour où l’on est invité à offrir les prémices des récoltes, sept semaines après la Pâque, Pessah, et donc occasion de pèlerinage à Jérusalem. Chez les Chrétiens, cette fête est devenue la fête de l’Esprit Saint, reçu en ce jour par les Apôtres.H2A.jpg

C’est alors, qu’un souffle violent pénétra dans la pièce, accompagné de langues de feu. Soudain Simon-Pierre intervient. Il disait des choses simples et émouvantes : l’amour de Dieu pour les Hommes, rendu concret par la mort et la Résurrection de Jésus ... Il avait retenu l’essentiel. L’affinement des concepts et l’approfondissent les Dogmes  des Eglises n’ajouteront rien à ce que Pierre  dit ce jour-là : “Dieu a fait Christ et Seigneur ce Jésus que vous avez crucifié…”

Il ne s’agit pas seulement d’un simple événement historique. L’événement reste profondément actuel. Il faudrait que chacun puisse entendre ce que Pierre prêcha jadis à Jérusalem... 

Frères et Sœurs, nous avons chanté le Ressuscité, et nous l’acclamons encore : “Tu envoies ton souffle (= esprit), ils sont créés ; tu renouvelles la face de la Terre” (psaume 103 d’aujourd’hui). Mais nous sommes-nous vraiment renouvelés, avons-nous vraiment pris le chemin d’une vie nouvelle, avons-nous vraiment renoncé au Mal, cherchons-nous à être humbles, maîtres de nos instincts, patients ? Si nous regardons de près nous croisons des hommes et des femmes qui cherchent sincèrement à se sanctifier, à combattre leurs penchants mauvais. Il y a d’ailleurs dans le monde entier des personnes qui reçoivent la Grâce de la Conversion et ne forment vraiment plus qu’une grande famille...

Et comme nous l’avions fait la semaine dernière tournons-nous vers l’Eglise, et ici vers le Pape Benoît XVI, qui nous a remis cette belle Exhortation apostolique en septembre dernier. Il évoque non pas la Babel biblique mais le don de l’Esprit, le souffle de Pentecôte. Peut-être pourrions-nous trouver quelques profits pour nous-mêmes, nos Eglises et pour le Proche-Orient ?

« (...) Au regard de la foi chrétienne, « la communion est la vie même de Dieu qui se communique dans l’Esprit Saint, par Jésus-Christ ». Elle est un don de Dieu qui interpelle notre liberté et attend notre réponse. C’est justement en raison de son origine divine que la cH3B.jpgommunion a une portée universelle. Si elle interpelle de façon impérative les chrétiens, en raison de leur foi apostolique commune, elle n’en demeure pas moins ouverte à nos Frères juifs et musulmans, et à toutes les personnes, qui elles aussi, sous des formes diverses, sont ordonnées au Peuple de Dieu. L’Église catholique au Moyen-Orient sait qu’elle ne pourra pas manifester pleinement cette communion aux plans œcuménique et interreligieux si elle ne la ravive pas avant tout en elle-même et au sein de chacune de ses Églises, parmi tous ses membres : patriarches, évêques, prêtres, religieux, consacrés et laïcs. L’approfondissement de la vie de foi individuelle et le renouveau spirituel interne à l’Église catholique permettront la plénitude de la vie de grâce et la Theosis (la divinisation de l’Homme). Ainsi crédibilité sera donnée au témoignage.

4. L’exemple de la première communauté de Jérusalem peut servir de modèle pour renouveler l’actuelle communauté chrétienne afin d’en faire un espace de communion pour le témoignage. En effet, les Actes des Apôtres livrent une première description, simple et saisissante, de cette communauté qui est née le jour de la Pentecôte : une multitude de croyants ayant un seul cœur et une seule âme. Il existe, dès l’origine, un lien fondamental entre la foi en Jésus et la communion ecclésiale indiqué par les deux expressions interchangeables : un seul cœur et une seule âme. La communion n’est donc point le résultat d’une construction humaine. Elle est générée avant tout par la force de l’Esprit-Saint qui crée en nous la foi opérant par la charité (cf. Ga 5,6).

Selon les Actes des Apôtres, l’unité des croyants se reconnaît au fait qu’« ils étaient assidus à l’enseignement des H4C.jpgApôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières » (2, 42). L’unité des croyants se nourrit donc de l’enseignement des Apôtres (l’annonce de la Parole de Dieu) auquel ils répondent par une foi unanime, de la communion fraternelle (le service de la Charité), de la fraction du pain (l’Eucharistie et l’ensemble des sacrements), et de la prière personnelle et communautaire. C’est sur ces quatre piliers que la communion et le témoignage se fondent au sein de la première communauté des croyants. Puisse l’Église, présente de manière ininterrompue au Moyen-Orient depuis les temps apostoliques jusqu’à nos jours, trouver dans l’exemple de cette communauté, les ressources nécessaires pour maintenir vifs en elle la mémoire et le dynamisme apostolique des origines ! (...)".

Alors, avec Toi Seigneur nous prions cet Esprit Saint pour qu’Il vienne en nous, pour qu’Il fasse vivre à notre Eglise une nouvelle pentecôte au moment où nous accueillons un nouveau Successeur à l’Apôtre Pierre dans le mouvement de « la Nouvelle évangélisation ». Oui, Seigneur, ne tarde plus ! Maranatha ! Maranatha !!!

 

Père Patrice Sabater Pardo, cm

Antoura, le 15 mai 2013