Proche-Orient: "J’ai l’impression que le Moyen-Orient est comme une forêt qui brûle" (Mgr Shomali).

Publié le par Patrice Sabater

Mgr Shomali (2)INTERWIEW – La réunion des Patriarches catholiques d’Orient au Vatican coïncide avec une escalade de violence au Liban et en Egypte.  Mgr Shomali, Vicaire patriarcal à Jérusalem confie ses peurs et appelle à l’urgence d’une solution en Syrie pour éviter une conflagration régionale irréversible.

Irak, Syrie, Liban, Egypte vont-ils faire exploser le Moyen-Orient ?

La situation, assez complexe et de plus en plus dramatique, présente des allures confessionnelles entre religieux et séculiers et entre sunnites et chiites.
En Irak, la situation est encore dangereuse. En Syrie, je ne vois pas de signes précurseurs de paix. Au contraire, les confrontations continuent inexorablement.  En Egypte, les récents attentats au Caire et dans le Sinaï enfoncent le pays dans une spirale de violences.  Quant au Liban, il a été instable ces dernières années. Son équilibre est précaire car il est basé sur le confessionnalisme. D’ailleurs la Syrie y était un élément de stabilisation car avant le Printemps arabe, sa parole était respectée au Liban. Aujourd’hui, au sein de la population libanaise, il n’y a pas de forces qui s’imposent. Il est certain que le pacification de la Syrie que nous souhaitons plus que tout, se refléterait positivement sur le Liban qui en plus d’êtr401460 3288872735760 1085968470 33417915 267485029 ne proche géographiquement, présente des composantes sociales, religieuses et démographiques, analogues à la Syrie.
Alors, je m’unis aux Patriarches rassemblés à Rome, autour du Saint Père, pour relancer un appel afin que la  guerre en Syrie se termine le plus vite possible. Il faut arrêter les massacres et les confrontations absurdes qui jusqu’à présents n’ont déterminé aucun vainqueur. Tous sont perdants.

Avez-vous peur ?

Oui. J’ai peur. Les scenarios qui se sont passés en Syrie et en Irak  peuvent se répéter ailleurs et ce sera pire. J’ai l’impression que le Moyen-Orient est comme une forêt qui brûle. Qui pourra arrêter cet incendie ?  Toutes les composantes de Moyen-Orient sont terriblement touchées et en particulier, les plus faibles y compris nous les chrétiens.

En tant que chrétiens, que faire ?

Nos prières doivent sans cesse accompagner les hommes de bonne volonté – ils sont nombreux – qui œuvrent pour la paix.
900Dans cette période qui précède l’Avent, les lectures et les évangiles décrivent les événements apocalyptiques qui précéderont le retour du Christ. Les textes préviennent les signes précurseurs de la Fin des Temps : guerres, confrontations, famines, persécutions… Beaucoup de ces signes se trouvent aujourd’hui dans notre Moyen-Orient. En les annonçant, le Christ ajouta : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche » (Luc 21 :28). Nous ne comprenons pas tout, mais nous savons que le silence actuel du Seigneur n’est pas pour longtemps. Il faut y croire même si nous ignorons aujourd’hui quand et comment ce jour pourra arriver.

Source : LPJ.org - Propos recueillis par Christophe Lafontaine

21 novembre 2013