Syrie : « J’exige la libération immédiate des religieuses kidnappées»

Publié le par Patrice Sabater

Mgr Alnemeh n’a aussi pu fournir aucune nouvelle concernant les deux évêques syriens enlevés en avril dernier. « Jusqu’à présent, aucune des informations sur l’endroit où ils pourraient se trouver n’a pu être confirmée. » Selon des rumeurs, seul l’un des deux hommes serait encore en vie. Comme lieu de séjour, on indique parfois la Syrie, parfois la Turquie. « Nous ne le savons simplement pas », déplore Mgr Alnemeh, confrère de l’évêque syriaque-orthodoxe Mar Gregorius Youhanna Ibrahim et de l’archevêque grec-orthodoxe Mgr Paul Yazigi qui ont été kidnappés.

Les chrétiens particulièrement touchés par le conflit

Mgr Alnemeh en a appelé à tous les États et organisations internationales de s’engager pour faire cesser la guerre en Syrie. « Le peuple syrien n’a plus comme auparavant l’impression qu’il s’agit d’une révolution ou d’une réforme ou de l’édification d’un nouvel État sur une base claire », affirme le métropolite. Malgré tout, les gens concentrent tous leurs espoirs sur une conférence pour la paix prévue en janvier à Genève.

Les chrétiens sont particulièrement touchés par le conflit. Rien que dans la ville épiscopale de Homs, 100 000 chrétiens ont dû s’enfuir, des églises ont été détruites et presque 3 000 chrétiens ont perdu la vie.

Mgr Alnemeh n’a aussi pu fournir aucune nouvelle concernant les deux évêques syriens enlevés en avril dernier. « Jusqu’à présent, aucune des informations sur l’endroit où ils pourraient se trouver n’a pu être confirmée. » Selon des rumeurs, seul l’un des deux hommes serait encore en vie. Comme lieu de séjour, on indique parfois la Syrie, parfois la Turquie. « Nous ne le savons simplement pas », déplore Mgr Alnemeh, confrère de l’évêque syriaque-orthodoxe Mar Gregorius Youhanna Ibrahim et de l’archevêque grec-orthodoxe Mgr Paul Yazigi qui ont été kidnappés.

Les chrétiens particulièrement touchés par le conflit

Mgr Alnemeh en a appelé à tous les États et organisations internationales de s’engager pour faire cesser la guerre en Syrie. « Le peuple syrien n’a plus comme auparavant l’impression qu’il s’agit d’une révolution ou d’une réforme ou de l’édification d’un nouvel État sur une base claire », affirme le métropolite. Malgré tout, les gens concentrent tous leurs espoirs sur une conférence pour la paix prévue en janvier à Genève.

Les chrétiens sont particulièrement touchés par le conflit. Rien que dans la ville épiscopale de Homs, 100 000 chrétiens ont dû s’enfuir, des églises ont été détruites et presque 3 000 chrétiens ont perdu la vie.

 Pas de nouvelles des deux évêques syriens

Source: AED-FRANCE (Décembre 2013)