Syrie : « Les chrétiens vivent dans la peur, mais ne veulent pas quitter leur patrie »

Publié le par Patrice Sabater

Mgr-Jean-Abdo-Arbach--archeveque-catholique-des-Grecs-melk.jpgMalgré un avenir incertain, « les chrétiens veulent rester en Syrie », a affirmé Mgr Jean Abdo Arbach, archevêque catholique des Grecs melkites de Homs, Hama et Yabroud, à l’occasion d’une visite à l’AED le 12 mars 2014.


Mgr Abdo Arbach explique : « Nous autres chrétiens vivons dans la peur, l’avenir est incertain, mais nous ne voulons pas quitter notre patrie. » Malgré des rapports contraires, assure l’archevêque syrien âgé de 61 ans, environ 20 000 chrétiens de différentes confessions vivent à Homs, une ville située non loin de la frontière avec le nord du Liban. Dans la région autour de Homs, ils seraient environ 200 000. Selon les dires de l’archevêque catholique grec, beaucoup de croyants, dont des fidèles melkites catholiques grecs, catholiques syriaques, maronites, orthodoxes grecs et orthodoxes, seraient entre-temps retournés dans la ville de Homs. « À Homs même et autour de la ville, la situation est calme. Les troupes du gouvernement contrôlent presque entièrement la région, tandis que les rebelles ont la haute main dans quatre à cinq districts de la ville. Les combats se poursuivent surtout encore dans les villes de Yabroud et Hama », relate Mgr Abdo Arbach, qui veut-lui-même rester à Homs.

Nord de la Syrie : chrétiens soumis à la loi islamique

Pour lui, des nouvelles inquiétantes viendraient du nord de la Syrie, contrôlé par les rebelles. Selon ses informations, les chrétiens y seraient obligés de se plier à certaines règles. Mgr Abdo Arbach poursuit : « Premièrement, c’est la loi islamique qui doit y être appliquée,Logo AED (3) deuxièmement, tous les symboles chrétiens visibles en public doivent y être détruits, et troisièmement, les chrétiens voulant rester dans leur pays devront payer une taxe spéciale à l’avenir. »

En présence de M. Johannes von Heereman, président du comité exécutif de l’AED, l’archevêque a remercié l’œuvre de son soutien : « L’Aide à l’Église en détresse a énormément contribué à ce que nous puissions soutenir régulièrement de nombreuses familles, des paroisses et des prêtres. Pour tous les fidèles, il est important que leurs prêtres et leur évêque supportent la souffrance et persistent à rester, comme tous les autres. »


image001.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :